Mes livres et moi

Publié le par Lady Writer

 

Personnellement j'ai beaucoup de mal à 1° Prêter mes livres et 2° Me séparer de mes livres quand il y en a trop . Ce tri est atroce et fend le coeur. Maintenant que j'habite (presque...) seule dans cette grande maison, c'est moins un problème, mais dans mes anciens petits appartements parisiens, quel souci ! Il y en avait partout.  Les livres, c'est la première chose que je regarde lorsque je vais chez quelqu'un pour la première fois. Je ne puis m'empêcher de me méfier d'une personne qui n'en a pas un ! Ou alors, qui les range dans ses toilettes. (si si, je vous jure que j'ai déja vu ça...) Mes livres sont mes amis. Je leur accorde une place très particulière. Je les prête peu car j'ai remarqué (vous aussi ?) qu'ils ne reviennent pas. Je montre bec et ongles pour récupérer un livre aimé. Est ce que j'offre des livres ? Oui bien sûr, toujours. Je préfère d'ailleurs offrir un livre que des fleurs. Qu'est ce que j'offre ? Du Modiano, du Wharton, du Anaïs Nin. Et mes propres livres ? Oui, cela m'arrive mais seulement si je sais que la personne en question a vraiment envie de me lire. Ce qui est très gênant, j'ai remarqué, c'est que beaucoup de gens pensent qu'en tant que romancière, vous disposez d'un stock illimité de vos propres romans. Foutaises ! L'éditeur vous en offre "royalement" une vingtaine. Le reste, c'est pour votre pomme. Vous avez certes une réduction de 30 pour cent sur le prix de vente, mais en l'achetant de la sorte, vous ne touchez pas de droits d'auteurs dessus. Pour eviter la honte d'être vue en train d'acheter vos propres bouquins (ça m'est arrivé à la Fnac des Ternes, merci !), j'ai trouvé la ruse. Je me commande sur amazon pour pouvoir ainsi m'offrir, en toute impunité.

Bonne soirée,

Lady

Publié dans Moi-Je

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kalistina 08/10/2006 01:51

Je découvre enfin la note originelle qui a fait tant d'émules! Ca me donne bien envie à moi aussi de me lancer dans un énième "la lectrice que je suis".Jp, si vous aimez que les livres voyagent, lancez-vous dans la merveilleuse aventure du bookcrossing :)

Fleur 26/09/2006 20:16

Tout à fait d'accord, Bakelith, les étagères que l'on achète sont trop profondes et souvent l'écart entre deux étagères est énorme. Je soupçonne "les gens" d'acheter des bibliothèques pour y ranger AUTRE CHOSE que des livres. Des objets. Des poteries rapportées du dernier voyage au Mexique, des vanneries d'une virée en Provence, et des "beaux-livres" de photos. J'ai bricolé des étagères de 20 cm de profondeur et de 3 mètres de long pour un couloir. My God, elles ploient jusqu'à la rupture, je ne sais pas combien de temps elles vont tenir !

Bakelith 26/09/2006 15:38

Oui c'est vraiment difficile d'acheter beaucoup de livres sans être capable de se séparer du moindre volume (hum surtout quand on vit à deux et qu'on n'est pas d'accord sur lesdits volumes). Bref il y a un moment où il faut se battre pour gagner de la place, et encore je ne parle pas du budget : soit on squatte la bibliothèque (le lieu) et on achète les livres qu'on a beaucoup aimés notamment pour les offrir, soit on s'équipe d'une bibliothèque immense (le meuble) en essayant que ce soit ni moche ni imposant.
Alors je pose la question : pourquoi les étagères de bibliothèques (dans le commerce) font toujours plus de 30 cm de profondeur ? Ca prend trop de place quand la majorité des ouvrages ne font que 20-22 cm. Une question existentielle comme une autre Ladywriter.

jp 25/09/2006 22:42

Aje sens que je vais écrire une nouvelle qui va s'intituler " on m'appelait Lady Writer"
mmm...j'le sens bien, là
jp

nathalie 25/09/2006 22:10

Filaplomb, vous m'en prêteriez un aussi, de préférence un passionnant? *sourire*